La tunisie insolite

Loin du tourisme de masse, existe une tunisie insolite et secrète que les voyageurs découvrent, étonnés.
Un pays d'une richesse culturelle incroyable aux parfums d'orient et de méditerranée, métissage résolument créatif où se mêlent des langages d'origines multiples, des traditions profondément ancrées que leurs habitants aiment partager.
Un sens de la convivialité à nul autre pareil, des parures dont les oiseaux de paradis pourraient être jaloux, des légendes parsemées sur les sentiers secrets qui mènent à des joyaux d'architecture que le temps et les hommes ont oublié sur la route.
Mais également insolite, secrète, humoristique...une Tunisie aux mille visages...La rencontre avec un autre monde



lundi 1 novembre 2010

l'énigme du Sahara, les déesses pré-islamiques Al Lat, Uzzat, et Manat





Aujourd'hui je vous propose l'énigme du jour. Il ne s'agit pas d'un paysage mais de deux statues insolites découvertes dans un village en ruines du Sahara. J'ignore totalement leur provenance ou leur utilisation, mais même si j'ai ma petite idée, j'aimerai avoir vos commentaires à propos de l'insolite présence de ces éffigies dénudées (que la religion réprouverait très certainement) mais qui ont pourtant un certain âge si on en juge aux marques du temps.
...
La suite de l'énigme je l'ai récemment trouvée en effectuant des recherches à propos des religions pré-islamiques. Mes figurines sont intimement liées au culte des idoles qui prévalait avant l'arrivée de l'islam. Ces déesses au nombre de trois sont à rapprocher des déesses mères de l'antiquité. Elles aidaient à la fécondité, au mariage, à l'amour, notamment pour Al Lat qui joue un rôle semblable à Vénus. Uzzat est une soeur de Al Lat, et Manat également, qui possède quant à elle un rôle sur la destinée.
Il y avait 360 idoles dans la mecque qui était vénérée bien avant l'arrivée du prophète Mahomet. Celui-ci plaça comme seul Dieu Allah, et fracassa les idoles féminines avec interdiction de sacrifier à leur intention...
Il semblerait que le culte aie cependant perduré au désert, dans le secret, puisque je viens de retrouver trace de leur présence...

dimanche 31 octobre 2010

Gravures rupestres du Dahar-Tunisie



Au détour d'un chemin, une gravure, puis deux, et en voici encore, côte à côte, se multipliant, et ici sur ce rocher plat en voici d'autres...Ce sont les gravures rupestres de pieds, dont l'origine se perd au-delà de la tradition orale. A Guermessa, un rocher est encore utilisé pour les rituels du mariage, mais ici, sur ce plateau désolé du Dahar, entre Douiret et Chenini, la tradition s'est perdue, oubliée. Oubliées aussi ces insolites présences d'un rituel qui reliait l'homme à la divinité, qui plantait sa présence dans la roche pour être vu du ciel, pour protéger son union, sa personne, qui sait...d'autres choses encore...
En cheminant dans ce désert minéral on entre en résonnance avec les hommes du passé, inévitablement nous croisons des pistes oubliées, une vie mystérieuse, un murmure effiloché, à qui sait regarder, le passé vient à notre rencontre.