La tunisie insolite

Loin du tourisme de masse, existe une tunisie insolite et secrète que les voyageurs découvrent, étonnés.
Un pays d'une richesse culturelle incroyable aux parfums d'orient et de méditerranée, métissage résolument créatif où se mêlent des langages d'origines multiples, des traditions profondément ancrées que leurs habitants aiment partager.
Un sens de la convivialité à nul autre pareil, des parures dont les oiseaux de paradis pourraient être jaloux, des légendes parsemées sur les sentiers secrets qui mènent à des joyaux d'architecture que le temps et les hommes ont oublié sur la route.
Mais également insolite, secrète, humoristique...une Tunisie aux mille visages...La rencontre avec un autre monde



vendredi 1 janvier 2010

Les mirages du Chott-El-Djerid


A partir de Douz, en direction de l'Algérie, une grande route droite trace vers Tozeur. Une lumière particulière miroite sur l'horizon et vous commencez à apercevoir des îles, des maisons lointaines, des palmiers, la mer....que sais-je encore...toutes ces visions sont induites par le Chott-El-Djérid, le grand lac salé dont l'éblouissance crée des mirages. Et bientôt vous êtes entouré de grandes étendues de sel croûteux, blanc comme neige, que le vent parcoure comme un damné.
Redoutable lac salé, trompeur comme les sables mouvants, dont la surface peut rompre et vous engloutir comme l'ont été dromadaires et voitures imprudentes dont la carcasse rouillée émerge encore par endroit.
Ce lac résiduel, survivance d'une mer intérieure, est réputé peuplé d'apparitions et de fantômes. Je n'ai pas résisté, je vous poste cette image, preuve, s'il en fallait, de l'humour et de la créativité tunisienne !

2 commentaires:

  1. le chott djérid d'une superficie d'environ 5000 km2 est un patrimoine ecologique hors paire et d'une beauté sublime. en plus de son attraction touristique , il joue un rôle envirenmental de première importance puisqu'il constitue le principal écxutoire des eaux superficielles et souterraines des régions de nefzaouia et du djérid.cependant par méconnaissance et par ingorance cet espace trés vulnérable se trouve de plus en plus agressée par des activités industrielles (extraction des sels)et commerciales (boutiques d'artisanats ), et malheuresement il est en train de devenir une poubelle .

    RépondreSupprimer
  2. Le chott el Djérid n'est pas encore une poubelle heureusement, mais il pourrait le devnir si nous n'y prenons garde ! Il est effectivement à regretter que les habitants et les touristes ne prennent pas conscience de la valeur de ce patrimoine écologique et là je parle aussi du désert de sable en bordure des villes, autant que de ce désert de sel. Il faut que les mentalités évoluent et que les gens apprennent le respect, sans cela les magnifiques étendues vierges qui nous restent et qui sont nécessaires à notre planète bientôt disparaitront.

    RépondreSupprimer